archive | Politique audiovisuelle RSS pour cette section

Mapping the Animation Industry in Europe : un premier rapport sur l’animation sera discuté à Annecy

observatoireeuro

La Commission européenne et l’Observatoire européen de l’audiovisuel organisent un atelier sur l’animation dans le cadre du MIFA à Annecy. L’Observatoire présentera les premiers résultats de son important projet d’étude – Mapping the animation industry in Europe. Cette étude a été entreprise par l’Observatoire, basé à Strasbourg, à la demande de la Commission européenne qui a financé l’ensemble du projet. La première publication résultant de cette étude, un rapport intitulé Focus on animation, sera présentée et distribuée lors de cet atelier. L’événement aura lieu le mercredi 17 juin, de 10h30 à 12h00, dans la salle de conférence « Tente Impériale » (3e étage), du Centre des congrès de l’Impérial Palace, MIFA, Allée de l’Impérial, 74000 Annecy. L’entrée sera gratuite pour toute personne disposant d’une accréditation MIFA ou MIFA journaliste.

Lucia Recalde Langarica, chef de l’unité MEDIA, ouvrira l’atelier et présentera le contexte dans lequel la Commission européenne a décidé de financer ce projet d’étude et de le confier à l’Observatoire européen de l’audiovisuel. Marta Jimenez, responsable du projet au sein de l’Observatoire, présentera les premiers résultats, en s’intéressant à des indicateurs clés tels que :

  • Le volume des longs métrages d’animation produits en Europe
  • L’importance de l’animation européenne à la télévision
  • La performance de l’animation européenne

L’Observatoire présentera son étude puis une discussion intitulée « Mapping the Animation Industry in Europe » aura lieu entre experts de l’industrie et des institutions européennes. Cette table ronde sera animée par Christophe Erbes, consultant et expert dans ce domaine.

+ d’info

Pour une offre numérique de qualité porteuse de diversité

From left to right: Ms. Fleur PELLERIN, French Minister for SMEs and the Digital Economy; Ms. Monika GRUTTERS, Parliamentary State Secretay to the German Federal Ministry for Education and Research; Mr Gunther OETTINGER, Member of the European Commission.

From left to right: Ms. Fleur PELLERIN, French Minister for SMEs and the Digital Economy; Ms. Monika GRUTTERS, Parliamentary State Secretay to the German Federal Ministry for Education and Research; Mr Gunther OETTINGER, Member of the European Commission.

Réuni à Bruxelles ces 18 et 19 mai, le Conseil des ministres européens de la Culture a tenu un débat d’orientation sur l’avenir de la politique audiovisuelle européenne, sur la base de la récente communication de la Commission relative à une stratégie pour un marché unique numérique en Europe. Le débat a essentiellement porté sur deux questions:

  • les aspects relatifs à la politique audiovisuelle de la stratégie relative au marché unique numérique
  • le fonctionnement de la directive « Services de médias audiovisuels » dans le contexte de la situation géopolitique actuelle

Les ministres ont examiné les défis que pose aux décideurs politiques et aux régulateurs le marché unique numérique qui doit assurer une offre numérique de grande qualité porteuse de diversité ainsi que des conditions égales pour tous les fournisseurs de services de médias audiovisuels.

Ils ont également examiné les moyens de prévenir l’utilisation abusive des libertés garanties par la directive « Service de médias audiovisuels » (« la liberté de l’information, la liberté et le pluralisme des médias, l’ouverture de l’Internet et la diversité culturelle et linguistique »), afin d’atteindre les objectifs d’intérêt public de sécurité et de stabilité.

Le Conseil a aussi adopté une décision désignant Plovdiv (Bulgarie) et Matera (Italie) comme capitales européennes de la culture en 2019.

La ministre lettonne Dace Melbārde a déclaré: « L’une des questions qui requiert une attention immédiate aujourd’hui en ce qui concerne la politique audiovisuelle européenne est celle du bon équilibre à trouver entre la liberté d’expression et les objectifs d’intérêt public que sont la sécurité et la stabilité tout en veillant à ce que le paysage audiovisuel européen reste porteur de diversité culturelle et compétitif ».

Info

Montrer des films dans les écoles européennes

filmSchool

Une nouvelle étude commanditée par la Commission européenne (DG Connect) recommande d’inclure l’éducation au cinéma dans les cursus scolaires européens tout en identifiant les contraintes majeures et les « bonnes pratiques ». Cette étude se base sur une approche qui combine à la fois la perspective éducative, juridique et la relation existante avec l’industrie du film. Elle constitue également un input important pour les actions d’éducation au cinéma mises en ouvre par le programme Europe Créative -MEDIA ainsi que pour le débat sur le droit d’auteur.

L’étude est divisée en 5 chapitres principaux.
Le chapitre dédié aux écoles analyse l’utilisation de films et d’autres contenus audiovisuels dans les écoles européennes, telle que déterminée par le programme scolaire – l’utilisation de films en général et l’éducation par l’intermédiaire du cinéma; l’accès à des films et à d’autres contenus audiovisuels pertinents, leurs coûts, les méthodes d’enseignement et la formation des enseignants, ainsi que les conditions techniques et matérielles pour la projection de films.
Le chapitre dédié à l’industrie du film met l’accent sur la manière dont les films peuvent être mis à disposition dans les écoles et sur les éventuels obstacles. Des exemples d’application de la législation sur le droit d’auteur montrent comment certains pays ont pu résoudre les problèmes liés à l’accès et à la diffusion de films. Ce chapitre inclut plusieurs exemples d’initiatives et activités menées par un échantillon de diverses institutions cinématographiques publiques ainsi que par des parties prenantes publiques et privées.
Le chapitre juridique analyse comment le cadre juridique en matière de droits d’auteur a été mis en oeuvre dans les pays couverts par cette étude. Cette partie se concentre tout particulièrement sur les conditions d’accès et d’utilisation des films et d’autres contenus audiovisuels dans les écoles.
Les deux derniers chapitres résument les barrières qui empêchent un enseignement effectif de la culture cinématographique, suivi de recommandations pour améliorer les politiques en la matière.

Télécharger l’étude

Seize initiatives pour promouvoir un marché unique numérique

CEUZXItWMAAK0u-.png-large

La Commission européenne a dévoilé aujourd’hui ses projets détaillés pour la création d’un marché unique numérique, donnant ainsi corps à l’une de ses grandes priorités. La stratégie proposée comprend une série d’actions ciblées à réaliser d’ici à la fin 2016 et repose sur trois piliers:

  1. améliorer l’accès aux biens et services numériques dans toute l’Europe pour les consommateurs et les entreprises;
  2. créer un environnement propice et des conditions de concurrence équitables pour le développement des réseaux et services numériques innovants;
  3. maximiser le potentiel de croissance de l’économie numérique.

La Commission entend notamment :

– établir des règles harmonisées (contrats, protection des consommateurs) visant à faciliter le commerce électronique transfrontière, notamment pour l’acquisition de contenus numériques ;

– en finir avec le blocage géographique — « une pratique discriminatoire injustifiée » qui permet à des vendeurs en ligne d’empêcher les consommateurs d’accéder à un site internet sur la base de leur localisation, ou de les rediriger vers un site de vente en ligne de leur pays qui affiche des prix différents ;

– donner un « caractère moderne et plus européen » à la législation sur le droit d’auteur: des propositions législatives suivront avant la fin de 2015 en vue de réduire les disparités entre les régimes de droits d’auteur et d’élargir l’accès en ligne aux œuvres dans l’ensemble de l’UE, notamment par des mesures d’harmonisation supplémentaires. La Commission examinera également le rôle des intermédiaires en ligne en ce qui concerne les œuvres protégées par le droit d’auteur et renforcera son combat contre la piraterie.;

– examiner la directive «satellite & câble» afin de déterminer si son champ d’application doit être étendu aux transmissions en ligne des organismes de radiodiffusion et d’étudier les moyens d’améliorer l’accès transfrontière aux services de radiodiffusion en Europe;

– réexaminer le cadre des médias audiovisuels (directive SMA) en mettant l’accent sur le rôle des différents acteurs du marché dans la promotion des œuvres européennes (chaînes de télévision, fournisseurs de services audiovisuels à la demande, etc.). La Commission réfléchira aussi aux moyens d’adapter les règles existantes (la directive «Services de médias audiovisuels») aux nouveaux modèles économiques pour la distribution de contenu.

« Le marché unique numérique devrait être réalisé dans les meilleurs délais », estime la Commission qui annonce une première discussion sur ce thème lors du Conseil européen des 25 et 26 juin.

Communiqué de presse et communication
http://europa.eu/rapid/press-release_IP-15-4919_fr.htm

Recettes en hausse et part de marché record pour le cinéma européen

focus2015

Selon les chiffres provisoires publiés par l’Observatoire européen de l’Audiovisuel à la veille du Festival de Cannes, les recettes brutes des salles dans l’Union européenne ont connu en 2014 une légère hausse de 0,6 % pour atteindre 6,32 milliards d’EUR. Ce qui correspond à un total de 911 millions d’entréees (+0,7%)

Les derniers volets de The Hobbit et The Hunger Games sont en tête des box-offices de l’Union européenne, mais la comédie française Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu (17,1 millions d’entrées) et le thriller de Luc Besson Lucy (15,2 millions d’entrées) comptent parmi les plus gros succès européens.

Globalement, la part de marché des films européens atteint 33,6 % (un record depuis 1996).

Avec plus de 1 600 longs métrages, la production de films dans l’Union européenne poursuit sa progression, ce chiffre recouvrant 1.118 longs métrages de fiction et 485 documentaires.

L’Observatoire note enfin que la numérisation des écrans est presque achevée puisque 92 % du parc de l’Union européenne étaient convertis fin 2014.

Comme chaque année, des informations détaillées sur les marchés cinématographiques nationaux en Europe ainsi que dans le reste du monde seront publiées dans la brochure FOCUS 2015 Tendances du marché mondial du film réalisée par l’Observatoire européen de l’audiovisuel et éditée par le Marché du film.

Communiqué de presse

Nouvelle direction à l’agence EACEA/MEDIA

IMG_3948

C’est l’autrichien Harald Trettenbrein qui, à compter du 16 mai prochain, prendra la tête de l’unité Europe Créative MEDIA de l’agence exécutive Culture, Education et Audiovisuel (EACEA) à Bruxelles, en remplacement de Costas Daskalakis qui assurait l’intérim depuis le départ mi-février de Sari Vartianen.

Juriste de formation, Harald Trettenbrein a enseigné en Autriche à l’université avant de rejoindre le cabinet du 1er ministre pour travailler sur la loi règlementant les radios privées. Il est depuis 2007 chef d’unité au sein de la DG Connect de la Commission européenne et s’est notamment occupé des directives TVSF puis SMAD. Il a également travaillé dans la recherche, supervisant les projets FP7 consacrés à la convergence des médias (HbbTV) et aux médias sociaux.

Info

Investir plus dans la distribution des films européens

parlement-strasbourg

La promotion et la distribution des films européens doivent être soutenues par des fonds publics, exigent les députés européens dans une résolution adoptée ce mardi à Strasbourg. Pour répondre aux défis de la concurrence non européenne et de la numérisation, une diversification et une augmentation de l’offre légale est nécessaire, notamment par une meilleure disponibilité de versions sous-titrées sur des plateformes « on demand », et par des fenêtres d’exploitation plus flexibles.

En Europe, 70% des fonds publics vont à la production de films, mais seulement 1% est utilisé pour la distribution et la promotion. Les députés insistent pour que la distribution des fonds publics soit mieux équilibrée et que les États membres soutiennent davantage les festivals et les cinémas itinérants. Les programmes européens MEDIA et Europe créative doivent être mieux utilisés, notamment pour financer le sous-titrage ou le doublage des films, ainsi que pour soutenir les PME œuvrant dans ce secteur.

Soutien aux salles de cinéma

L’aide européenne ou nationale pour les petits cinémas indépendants est encouragée, afin de leur permettre de se doter d’équipements audiovisuels nécessaires à la distribution des productions numériques. Cette aide est indispensable pour assurer la survie des salles de cinémas dans les petites villes ou des régions reculées, où elles constituent de vrais lieux de rencontre et offre un accès aux ressources, au patrimoine et aux échanges multiculturels.

Le défi du numérique et le rôle de l’audiovisuel

Diversifier et augmenter l’offre légale en ligne des films européens est indispensable pour soutenir l’industrie cinématographique, tout en respectant les droits d’auteurs, souligne le Parlement. Il faut appuyer la portabilité transfrontalière des services audiovisuels, tandis qu’une TVA réduite et harmonisée pourrait soutenir le développement de nouveaux services et plateformes numériques, réaffirment les députés.

Info

Rapport sur le cinéma européen à l’ère numérique

Le cinéma européen à la conquête des audiences internationales

EuropeanFilmForum

En présence du commissaire Oettinger, la Commission européenne (programme MEDIA) organisera son European Film Forum à Cannes le 18 mai sur le thème de la place du cinéma européen sur le marché global (The Moving Image : connecting European films to a global audience).

Une session sera consacrée à l’impact de la révolution numérique sur les stratégies de promotion et de distribution des films européens au sein du marché unique.

Sur base de chiffres collectés par l’Observatoire européen de l’audiovisuel, une seconde session se penchera sur la mise en place de stratégies plus efficaces pour l’exportation des films européens sur les marchés extérieurs, notamment les Etats-Unis et la Chine.

La conférence sera ouverte par le commissaire Günther Oettinger et se clôturera par un cocktail.

Le programme détaillé de ce European Film Forum sera annoncé début mai.

European Film Forum – Lundi 18 mai – 14h30-17h30 – Palais des Festivals (Salon des Ambassadeurs) – Cannes

Le développement du marché VOD en Europe

vod-tv

La Commission européenne (DG Connect) vient de publier le rapport commandé à l’Observatoire européen de l’Audiovisuel relatif au développement du marché européen des services à la demande.

En plus de statistiques complètes concernant les services à la demande établis (941) ou disponibles (1151) au sein de l’UE, le rapport comporte 5 sections couvrant des problématiques importantes pour comprendre le développement de ce secteur très dynamique et son impact sur le paysage audiovisuel au sens large :

  • Marché de la publicité en ligne en 2013
  • Récents développements du marché de la SVOD en Europe en 2014
  • Proportion et place des œuvres européennes dans les catalogues VOD
  • Rôle des fournisseurs de services VOD et des plateformes de distribution dans le financement des films et des productions audiovisuelles
  • Mesure des audiences audiovisuelles fragmentées

Le très grand nombre de statistiques fournies est extrait d’une base de donnée récemment mise à jour par l’Observatoire qui constitue l’un des rares outils permettant de cartographier l’offre de services audiovisuels à la demande en Europe.

Télécharger le rapport